Accueil SYNDICAT Motion d'orientation 2012-2015
Motion d'orientation 2012-2015 PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 07 Novembre 2012 19:48

Motion d’orientation pour la mandature 2012-2015

 

 

Notre Assemblée Générale 2012 coïncide avec un moment où tous, dans nos Entreprises, connaissons manque de reconnaissance, absence de dialogue social et règlements de compte syndicaux.

 

La  mandature qui s’achève a vue la naissance de la Branche Banques Populaires : les bleus et les rouges prennent le temps de mieux se connaître, mais le chemin sera encore long et sinueux…

 

En 2009, le Syndicat National CFTC BP se fixait un certain nombre de lignes de conduite, lignes qui devront encore nous guider dans l’avenir incertain qui est le nôtre :

Plus que jamais, il nous faudra mettre l’accent sur l’action syndicale dans nos Entreprises respectives. La Loi du 28 août 2008, dite de modernisation et du dialogue social, nous a imposé l’ardente nécessité d’atteindre le seuil de 10 % des voix au sein de nos « boutiques », sous peine de voir notre vision particulière de Syndicat Constructif (« savoir s’opposer, toujours proposer ») disparaître des entreprises.

Malheureusement, le mal a été fait, et le couperet est tombé sur certaines sections au terme d’élections professionnelles : comment espérer que, là où nous n’avions pu atteindre 10 % des voix en bénéficiant des moyens accordés par les textes antérieurs (heures de délégation pour le DS, le RS au Comité d’Entreprise, et possibilité de participer aux réunions du CHSCT), nous pourrions les franchir 3 ou 4 ans plus tard ?

 

De fait, les futurs Délégués Syndicaux de Branche devront poursuivre inlassablement, avec l’aide du Président du Syndicat National, le soutien indispensable aux sections avoisinant le seuil des 10%.

Mieux même, et c’est là une véritable opportunité pour la CFTC, ils devront rencontrer dans la mesure du possible, là où nous sommes présents les petites sections des autres Organisations Syndicales abandonnées par leurs Confédérations, et leur proposer de nous rejoindre, avec l’objectif d’atteindre, voire de dépasser localement la barre des 10% nécessaires pour survivre, et celle des 30% pour s’imposer !

 

Mais il nous faudra également penser à préparer un avenir un peu plus lointain :

Si quasiment toutes les sections arrivent, malgré les difficultés que cela représente, à gagner de nouveaux adhérents, elles ont encore trop de mal à trouver de nouveaux militants qui s’impliquent pleinement.

Nous devrons donc, une nouvelle fois, consacrer une partie de nos efforts à relever ce défi, afin d’assurer la succession de ceux d’entre nous qui cesseront leur activité dans les mois à venir et ainsi renforcer localement nos assises.

Nous ne devrons en aucun cas nous retrouver dans les situations que nous avons connues dans certaines BP comme à Val de France ou à la BP Alpes…

 

Là où nous sommes présents sur le terrain, aux côtés des salariés et à leur contact, la CFTC connait une véritable audience, bien au-delà des 10 % fatidiques : 8 de nos sections sur 14 ont recueilli plus de 15 % des voix lors de leurs dernières élections.  

 

La CFTC c’est une manière de voir les choses de façon intemporelle et courageuse. Il faut le faire savoir et nous battre pour que ce courant de pensée, non seulement continue à exister, mais aussi se développe dans l’intérêt des salariés, mais aussi dans l’intérêt de la société toute entière qui est menacée d’éclatement par la précarisation des salariés et la désocialisation d’une partie de la population.

Portons haut les valeurs de la CFTC qui veut attacher des droits à la personne et non aux seuls salariés, permettant ainsi de lutter contre les effets de la perte du statut de salarié.

 

Enfin, et dans le cadre du Groupe BPCE, nous renforcerons la collaboration entamée il y a 6 ans avec nos collègues de Natixis et des Caisses d’Epargne, avec lesquels nous avons mis en place un Groupe de Coordination qui se réunit régulièrement.

Il nous faudra continuer à parler d’une même voix, mais d’une voix encore plus forte, pour que nous puissions continuer à être représentatifs au niveau du Groupe BPCE, où nous devons dépasser le plus rapidement possible le seuil des 10% afin de poursuivre notre participation à l’élaboration de l’avenir de ses 100.000 salariés.

 

Compte tenu de nos positions fortes au sein des Banques Populaires, de celle de la CFTC de Natixis, et des progrès réalisés dans les Caisses d’Epargne au cours des dernières années, c’est un objectif à notre portée. Il ne faut pas le manquer !

 

C’est pourquoi, chacun d’entre nous devra continuer à s’investir dans son entreprise pour contribuer à l’atteindre, et c’est pourquoi, plus que jamais, nous devrons être actifs sur le terrain pour maintenir l’audience de la CFTC afin qu’elle puisse rester un interlocuteur écouté du dialogue social dans le Groupe.

 

© – Syndicat National CFTC Banque Populaire